35 propositions contre le sexisme au travail

RapportLe Conseil supérieur de l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes (CSEP) vient de remettre à Marisol Touraine un rapport et 35 recommandations pour lutter contre le sexisme dans le monde de l’entreprise.

Celui-ci énumère un ensemble de propositions, notamment en ce qui concnerne la communication et la formation, sur la manière dont il convient de rendre visible et combattre ce phénomène qui, il faut l’avouer, n’est pas facile à identifier ou à dénoncer.

« Faire reculer la loi du silence »

« Ma cocotte », « ma puce », « hystérique »… Sous couvert d’humour, ou d’interpellations familières, les propos et actes sexistes vont bon train dans le monde du travail. C’est ce que révélait l’an dernier une vaste enquête réalisée pour le CSEP. 

Parmi les 15.000 salariés interrogés au sein de neuf grandes entreprises, 80% des femmes et 56% des hommes considéraient qu’elles étaient « régulièrement confrontées à des attitudes ou des décisions sexistes » au travail. Cela entraînant des répercussions directes sur leur performance : 93% d’entre elles jugeaient que ces attitudes pouvaient amoindrir leur sentiment « d’efficacité personnelle ».

Dans son rapport, le Conseil supérieur de l’égalité professionnelle fait état de la difficulté qu’ont aujourd’hui les femmes et les hommes à identifier ou à dénoncer le sexisme, « soit parce que les stéréotypes sont à ce point intériorisés que le sexisme du quotidien devient invisible, soit que le coût engendré par la dénonciation du sexisme est jugé disproportionné»

.

Miser sur la formation et la communication

Selon le rapport, la formation de l’ensemble des acteurs de l’entreprise et, en particulier, de l’encadrement et de la direction, est essentielle pour développer la prise de conscience et la compréhension du sexisme au travail. Il invite donc les employeurs à former l’ensemble des salarié-e-s sur la question du sexisme.

Il est également recommandé aux différentes parties prenantes d’organiser des formations en direction des partenaires sociaux, des membres du CHSCT et de la médecine du travail.
 

Les auteurs du rapport du CSEP établit pour les y aider la liste des trois formes de sexisme les plus répandues :

  • le sexisme « hostile »;
  • le sexisme « subtile ou masque »;
  •  « le sexisme ambivalent, voire bienveillant ».

Introduire des questions sur le sexisme dans les enquêtes publiques, comme celles de l’Insee, lancer une campagne nationale de communication dans les médias, modifier les règlements intérieurs et de nombreuses entres préconisations engage tous les acteurs du monde de l’entreprise, internes ou externes, à oeuvrer pour lutter contre le sexisme au travail, autant de propositions qui visent à faire évoluer les comportements en entreprises.

Et pour compléter, les auteurs du rapport expriment le souhait que soit mis en place au sein du CSEP un groupe de travail en charge de rédiger un «Guide contre le sexisme au travail ».

« Les mentalités changent » mais « le sexisme n’a pas disparu, et notamment le sexisme au travail, qui a la vie dure », explique Marisol Touraine. Selon une récente enquête de la Drees , 21% des personnes interrogées sont « plutôt d’accord » pour dire que « dans l’idéal, les femmes devraient rester à la maison pour élever leurs enfants ». Et un quart des hommes (24%) et des femmes (23%) pensent encore qu’un homme a naturellement plus d’autorité…

Consulter le rapport du CSEP (mars 2015)

Crédit photo : voir ici

 

 

Une réflexion sur “35 propositions contre le sexisme au travail

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s